Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 15:06

Les quatre policiers et ex-policiers en garde à vue mercredi, dont le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit, sont soupçonnés d'avoir "renseigné" l'ex-patron du GIGN Christian Prouteau avant son interpellation début octobre, a-t-on appris de source proche du dossier.

Christian Prouteau a été mis en examen le 9 octobre, au côté notamment de l'"escroc des stars" Christophe Rocancourt, dans une affaire d'escroquerie et de corruption présumées.

Parmi les quatre personnes placées en garde à vue dans les locaux de l'IGPN (la "police des polices") figurent, outre le patron de la PJ, son chef de cabinet, Richard Atlan, mais aussi Joaquin Masanet, responsable syndical policier en retraite proche de la gauche, actuellement président de l'Association nationale d'action sociale (Anas) des personnels de la place Beauvau, et un autre membre de l'Anas, détaché de la police nationale.

A titre info, l'Igpn est un peu le cimetiere des éléphants, d'anciens directeurs limogés qui ont encore la possibilité de se mouvoir et éventuellement règler des comptes

Partager cet article

Repost 0
Published by georgoharisso57
commenter cet article

commentaires

Citations

 

 

Le courage consiste à dominer sa peur, et non pas à ne plus avoir peur

 

La liberté, c'est la faculté de choisir ses contraintes

 

Réussir en pain, mieux qu'en farine

 

Sdf: marginal désabusé qu'exhibe la société pour décourager ceux qui tentent l'insoumission au diktat social

 

Le gouvernement a un bras long et un bras court:le long sert à prendre et arrive partout, le court sert à donner mais n'atteint que les plus proches

 

 

 

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre

 

Nous devons lutter contre toutes les peurs, mais n'avoir peur de rien pour nous-mêmes

 

Vulnerant omnes, ultima necat : toutes blessent, la dernière tue

Se trouvait au-dessous des horloges de la Rome Antique(à propos des heures)

 

Vini, vidi, vici (Jules Cesar): je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, qui désigne une victoire foudroyante