Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 18:32

Freiner des quatre fers la poussée migratoire des pays en guerre est totalement vain

Le mieux est d'ouvrir les portes grandes ouvertes pour complétement vider la population sous contrôle de daesch, après lorsqu'il ne restera que des combattants dans ce territoire, on s'occupera de façon militaire pour traiter le problème plus efficacement

Avec la possiblité de proposer un retour au pays des immigrés par la suite

A l'heure actuelle les moyens aériens s'avèrent insuffisant , il faudra des troupes au sol motivées , bien rémunérées et bien équipées

Partager cet article

Repost 0
Published by georgoharisso57
commenter cet article

commentaires

pillow 26/08/2015 20:33

Un raisonnement simpliste sorti tout droit du monde des bisoubours.
Que croyez-vous qu'il se passera quand daesh apprendra que l'on laisse passer tout le monde? on laissera entrer les loups dans la bergerie.

georges 26/08/2015 21:06

De toute façon des centaines de milliers de réfugiés arrivés sur le sol européen ne repartiront pas, à plus forte raison il ont de droit le statut
Et plus ceux-ci souffriront dans leur quète, plus ils nous le feront payer avec les générations suivantes

Citations

 

 

Le courage consiste à dominer sa peur, et non pas à ne plus avoir peur

 

La liberté, c'est la faculté de choisir ses contraintes

 

Réussir en pain, mieux qu'en farine

 

Sdf: marginal désabusé qu'exhibe la société pour décourager ceux qui tentent l'insoumission au diktat social

 

Le gouvernement a un bras long et un bras court:le long sert à prendre et arrive partout, le court sert à donner mais n'atteint que les plus proches

 

 

 

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre

 

Nous devons lutter contre toutes les peurs, mais n'avoir peur de rien pour nous-mêmes

 

Vulnerant omnes, ultima necat : toutes blessent, la dernière tue

Se trouvait au-dessous des horloges de la Rome Antique(à propos des heures)

 

Vini, vidi, vici (Jules Cesar): je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, qui désigne une victoire foudroyante