Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 13:10
Après avoir donné la sienne à un enfant, Sonny Bill Williams a reçu une autre médaille

La générosité est toujours récompensée... et ce n'est pas Sonny Bill Williams qui affirmera le contraire. Le joueur néo-zélandais, qui avait offert sa médaille à un jeune supporter lors de la finale de la Coupe du monde de rugby 2015, en a reçu une nouvelle, dimanche.

Le bienveillant All Black ne rentrera pas chez lui les mains vides. Le champion du monde s'est vu remettre une nouvelle médaille par la World Rubby, lors de la cérémonie de remise des prix attribuant notamment celui du meilleur joueur de l'année. Le champion du monde avait cédé la sienne à un jeune fan venu à sa rencontre sur la pelouse de Twickenham, quelques minutes après la finale remportée face à l'Australie, samedi 31 octobre.

"J'étais surpris, mais tous mes coéquipiers auraient fait la même chose", a commenté le centre vedette de l'équipe de la Nouvelle-Zélande, avant de plaisanter. "Liam Messam (le flanker de l'équipe) lui a donné son bonnet, il peut en avoir un autre", a-t-il demandé, rapporte l'AFP.

Partager cet article

Repost 0
Published by georgoharisso57
commenter cet article

commentaires

Citations

 

 

Le courage consiste à dominer sa peur, et non pas à ne plus avoir peur

 

La liberté, c'est la faculté de choisir ses contraintes

 

Réussir en pain, mieux qu'en farine

 

Sdf: marginal désabusé qu'exhibe la société pour décourager ceux qui tentent l'insoumission au diktat social

 

Le gouvernement a un bras long et un bras court:le long sert à prendre et arrive partout, le court sert à donner mais n'atteint que les plus proches

 

 

 

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre

 

Nous devons lutter contre toutes les peurs, mais n'avoir peur de rien pour nous-mêmes

 

Vulnerant omnes, ultima necat : toutes blessent, la dernière tue

Se trouvait au-dessous des horloges de la Rome Antique(à propos des heures)

 

Vini, vidi, vici (Jules Cesar): je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, qui désigne une victoire foudroyante