Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 12:55

Barack Obama, qui quittera la Maison blanche en janvier, a semble-t-il décidé de dire ses quatre vérités à Vladimir Poutine avant de laisser la place à Donald Trump. Vendredi, lors de sa dernière conférence de presse de l'année, il a accusé ce vendredi le président russe d'être à l'origine des piratages informatiques qui ont perturbé les élections américaines et conduit à l'élection du milliardaire.

"Pas grand-chose ne se passe en Russie sans l'aval de Vladimir Poutine", a-t-il accusé, persuadé de la responsabilité du chef du Kremin dans les cyberattaques qui ont visé le parti démocrate et des proches de la candidate battue Hillary Clinton. "Nous avons dit et je le confirme que (la décision s'est prise) au plus haut niveau du gouvernement russe". Il a demandé à Donald Trump d'accepter une enquête "bipartite, indépendante" sur ces piratages.

Le président américain a indiqué avoir parlé de ces cyberattaques en septembre à Vladimir Poutine. "J'ai donc dit à la Russie d'arrêter et indiqué qu'autrement il y aurait des conséquences. Notre objectif reste d'envoyer un message clair à la Russie et aux autres, de ne pas nous faire ça car nous pouvons aussi vous faire des choses", a-t-il déclaré.

Passant aux attaques, Barack Obama a estimé que la Russie "est un pays plus petit, un pays plus faible, leur économie ne produit rien que quiconque veuille acheter mis à part du pétrole, du gaz et des armes. Ils n'innovent pas. Mais ils peuvent nous affecter si nous oublions qui nous sommes, ils peuvent nous affecter si nous abandonnons nos valeurs".

Partager cet article

Repost 0
Published by georgoharisso57
commenter cet article

commentaires

Citations

 

 

Le courage consiste à dominer sa peur, et non pas à ne plus avoir peur

 

La liberté, c'est la faculté de choisir ses contraintes

 

Réussir en pain, mieux qu'en farine

 

Sdf: marginal désabusé qu'exhibe la société pour décourager ceux qui tentent l'insoumission au diktat social

 

Le gouvernement a un bras long et un bras court:le long sert à prendre et arrive partout, le court sert à donner mais n'atteint que les plus proches

 

 

 

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre

 

Nous devons lutter contre toutes les peurs, mais n'avoir peur de rien pour nous-mêmes

 

Vulnerant omnes, ultima necat : toutes blessent, la dernière tue

Se trouvait au-dessous des horloges de la Rome Antique(à propos des heures)

 

Vini, vidi, vici (Jules Cesar): je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, qui désigne une victoire foudroyante